Sigales réalise vos cartes de terroirs!
Logo Sigales
» Retour à la page d'accueil

Déroulement d'une étude

La prospection géopédologique

Compte tenu de la variabilité des sols au sein-même d'une appellation ou d'un domaine, un sondage à la tarière n'est pas toujours décisif. La prise d'information se doit d'être rapide, sur quelques paramètres simples, afin de multiplier les observations dans le vignoble. C'est en reliant judicieusement ces points de sondages que l'on dessine une carte de sol valable.
Pas besoin de matériel très couteux ou encombrant, ce qui compte avant tout, c'est de comprendre le contexte géologique et les évolutions pédologiques associées. En d'autres termes, il s'agit de repérer les principales roches-mères, leur répartition et les types de sols qui s'y rapportent.

A la base d'une carte de sol, il y a toujours une solide prospection de terrain, c'est en tout cas, ce en quoi nous croyons.

Pour cela, nous procédons à de nombreux sondages à la tarière et observations de surface dans les parcelles et le long de leurs bordures.

C'est ici que l'œil du cartographe est primordial, il faut prêter attention à tout: au moindre changement de topographie, de pierrosité, ou de couleur de terre, à la disposition du bâti et des routes, à la présence de murs et de systèmes de drainage.
Le type de végétation alentour et l'allure des vignes elles-mêmes nous donnent également des indications.

Il ne s'agit donc pas de 'percer' le sol selon une maille carrée mais de   choisir de façon pertinente ses emplacements de sondages. En permanence, il est nécessaire d'imaginer ce qui se cache en profondeur, en laissant toutefois la place aux découvertes et surprises.

Dans cette collecte d'information qu'est la prospection à la tarière, nous choisissons de ne pas multiplier les intervenants: plusieurs paires d'yeux, ce sont autant d'interprétations différentes.
Sondage à la tarière

Comme le savent tous ceux qui parcourent les vignes, qu'ils soient viticulteurs, vendangeurs ou simples promeneurs, l'aspect de surface est très variable. Au sein d'une appellation ou même d'un domaine, on peut rapidement passer d'un sol sans cailloux à un sol très pierreux, d'une terre brune-rougeâtre à des teintes grises-jaunes ou encore de terrains argileux à d'autres plus sableux.
La plupart du temps, les changements en surface sont progressifs, d'autant que les défoncements et le travail du sol homogénéisent le premier horizon.
Sans oublier qu'un aspect différent en surface n'implique pas systématiquement un changement de substrat en profondeur et vice versa. C'est là toute la difficulté d'une cartographie de sols.
Sondage à la tarière en Valais Sondage à la tarière dans le Saint Véran

Outre sa tarière et son marteau, le géo-pédologue utilise dans cette 'enquête' d'autres appuis. En premier lieu, l'acide chlorhydrique (dilué !!) qui réagit en présence de carbonate de calcium CaCO3. S'il y a effervescence au contact de la terre (ou de la roche), c'est que le pH est neutre ou basique.
C'est une béquille dont on ne peut se passer tant les surprises sont courantes: des roches calcaires avec des inclusions qui ne le sont pas (silex par exemple), des sols décarbonatés issus de roches calcaires ou bien même, des roches magmatiques ou métamorphiques recarbonatées (épigénisées) !

Malheureusement, ce test rudimentaire ne permet de tirer aucune conclusion sur le taux de calcaire actif ou le pouvoir chlorosant. L'analyse en laboratoire reste indispensable dans ce cas.
Carottages et pH-mètre
Nous utilisons également sur le terrain un petit réactif qui donne une indication (pas une mesure précise) du pH de la terre. Il s'avère bien utile dans le cas de sols acides, voire très acides.

Un autre paramètre intéressant à relever est la couleur d'un sol. Il s'agit de comparer la couleur de la terre à un nuancier (ici la Charte Munsell), pour chaque horizon rencontré et de noter à quel code elle correspond.
De cette façon, quelle que soit l'heure de la journée, la luminosité et qui que soit l'observateur, il a un outil de référence sur lequel s'ajuster.

Les couleurs du sol sont parfois directement héritées des matériaux géologiques (couleurs lithologiques). Elles peuvent aussi être issues de l'évolution pédologique du sol ou de l'hydromorphie (bariolages). Suivant l'état d'oxydation du Fer, la terre sera par exemple, rouge, rousse, grise ou même bleutée.
Couleur de terre et Munsell



Sigales - Etudes de Sols et de Terroirs
Sigales - 38410 St Martin d'Uriage